A peine ces petits changements étaientils faits, que j'entendis frapper doucement à ma porte,Entrez, disje naturellement en français . le français, vous le savez, étant pour nous autres Polonais une langue presque maternelle, XIII LE CHÂTEAU DEBRANKOVAN. 128 Page 132 Les mille et un fantomes Grégoriska entra. Ah , madame, je suis heureux que vous parliez français.Et moi aussi, monsieur, lui répondisje, je suis heureuse de parler cette langue, puisque j'ai pu, grâce à ce hasard, apprécier votre généreuse conduite visàvis de moi. C'est dans cettelangue que vous m'avez défendue contre les desseins de votre frère, c'est dans cette langue que je vous offre l'expression de ma sincèrereconnaissance,Merci, madame, Il était tout simple que je m'intéressasse à une femme, dans la position où vous vous trouviez. Je chassais dans la montagnelorsque j'entendis des détonations irrégulières et continues . lacoste soldes, je compris qu'il s'agissait de quelque attaque à main armée, et je marchai sur le feu, commeon dit en termes militaires. Je suis arrivé à temps, grâce au ciel . mais me permettrezvous de m'informer, madame, par quel hasard une femme de distinctioncomme vous êtes s'était aventurée dans nos montagnes .Je suis Polonaise, monsieur, lui répondisje, mes deux frères viennent d'être tués dans la guerrecontre la Russie, mon père, que j'ai laissé prêt à défendre notre château contre l'ennemi, les a sans doute rejoints à cette heure, et moi, sur l'ordre demon père, fuyant tous ces massacres, je venais chercher un refuge au monastère de Sahastru, où ma mère, dans sa jeunesse et dans des circonstancespareilles, avait trouvé un asile sûr. Vous êtes l'ennemie des Russes . alors tant mieux, dit le jeune homme, ce titre vous sera un auxiliaire puissant auchâteau, et nous avons besoin de toutes nos forces pour soutenir la lutte qui se prépare, D'abord, puisque je sais qui vous êtes, sachez, vous, madame, quinous sommes . le nom de Brankovan ne vous est point étranger, n'estce pas, madame, Je m'inclinai. doudoune lacoste pas cher Ma mère est la dernière princesse de ce nom, la dernièredescendante de cet illustre chef que firent tuer les Cantimir, ces misérables courtisans de Pierre 1er. Ma mère épousa en premières noces mon père, SerbanWaivady, prince comme elle, mais de race moins illustre, Mon père avait été élevé à Vienne, il avait pu y apprécier les avantages de la civilisation. Ilrésolut de faire de moi un Européen. Nous partîmes pour la France, l'Italie, l'Espagne et l'Allemagne, Ma mère (ce n'est pas à un fils, je le sais bien, devous raconter ce que je vais vous dire, mais comme, pour notre salut, il faut que vous nous XIII LE CHÂTEAU DE BRANKOVAN. 129 Page 133 Les mille et unfantomes connaissiez bien, vous apprécierez les causes de cette révélation) . ma mère, qui, pendant les premiers voyages de mon père, lorsque j'étais, moi,dans ma plus jeune enfance, avait eu des relations coupables avec un chef de partisans, c'est ainsi, ajouta Grégoriska en souriant, qu'on appelle dans cepays les hommes qui vous ont attaquée, manière, disje, qui avait eu des relations coupables avec un comte Giordaki Koproli, moitié Grec, moitié Moldave,écrivit à mon père pour tout lui dire et lui demander le divorce, s'appuyant, dans cette demande, sur ce qu'elle ne voulait pas, elle, une Brankovan,demeurer la femme d'un homme qui se faisait de jour en jour plus étranger à son pays. Hélas , mon père n'eut pas besoin d'accorder son consentement à cettedemande, qui peut vous paraître étrange à vous, mais qui, chez nous, est la chose la plus commune et la plus naturelle, Mon père venait de mourir d'unanévrisme dont il souffrait depuis longtemps, et ce fut moi qui reçus la lettre, Je n'avais rien à faire, sinon des voeux bien sincères pour le bonheur dema mère, Ces voeux, une lettre de moi les lui porta en lui annonçant qu'elle était veuve, Cette même lettre lui demandait pour moi la permission decontinuer mes voyages, permission qui me fut accordée, Mon intention bien positive était de me fixer en France ou en Allemagne, pour ne point me trouver enface d'un homme qui me détestait et que je ne pouvais aimer, c'estàdire du mari de ma mère, quand, tout à coup, j'appris que le comte Giordaki Koprolivenait d'être assassiné, à ce que l'on disait, par les anciens Cosaques de mon père, Je me hâtai de revenir .